Eric Brasseur Accueil    |    Liens    |    Contact    |   
   



La fille et l'arbre










Ténéa n'avait jamais réussi à faire pousser un arbre.

Un jour qu'elle chassait dans la savane elle entendit un arbrisseau lui dire "S'il te plaît, occupe toi de moi".

D'abord étonnée d'entendre un arbre parler, Ténéa lui répondit "J'ai déjà essayé de faire pousser des arbres, je n'y suis jamais arrivée. Vous êtes trop compliqués. Et puis vous demandez tellement de travail. La rivière est loin, me vois tu passer mes journées à te ramener de l'eau pour t'arroser ?"

Le petit arbre lui répondit "Il ne me faut qu'un bol d'eau par jour. Si tu m'arrosais davantage, mes racines seraient noyées et elles mourraient !"

Ténéa s'étonna du fait qu'un seul bol d'eau par jour serait suffisant. L'arbre avait l'air sincère. Il ajouta "J'ai vraiment très soif. S'il te plais, pourrais tu m'en apporter un ? Est-ce que tu veux bien ?"

Ténéa partit à la rivière et revint avec un bol d'eau. Elle le versa au pied de l'arbre. L'eau entra dans la terre et disparut. L'arbre la remercia vivement. Elle lui dit qu'elle s'appelait Ténéa et lui demanda son nom. Il lui répondit "Je m'appelle Hosaa."

Le lendemain Ténéa revint voir Hosaa. Elle avait apporté un bol d'eau et le lui versa. Elle remarqua que de nouvelles pousses lui étaient apparues. Le bol d'eau de la veille lui avait été profitable.

Elle resta un peu près de lui. Il parlèrent de la savane. Elle lui raconta ce qui passait de l'autre côté de la rivière et il lui expliqua pourquoi les animaux dorment la nuit.

Ténéa revint très souvent voir Hosaa. Elle lui versait un bol d'eau et s'asseyait un moment. Parfois ils parlaient, parfois ils ne disaient rien, immobiles l'un à côté de l'autre.

Hosaa se mit à pousser très vite. Il développa un beau feuillage vert. Cela attira des chenilles. Il demanda à Ténéa si elle voulait bien chasser ces insectes qui rongeaient ses feuilles. Ténéa en fut très heureuse. Elle avait déjà remarqué ces belles chenilles vertes mais n'avait pas voulu les lui prendre. Mais s'il disait qu'il ne les aimait pas... Ténéa les trouva toutes et les mangea avec délice. Sauf deux chenilles à poils rouges, qui sont empoisonnées. Ténéa se contenta de les jeter au loin.

Le temps passa. Hosaa devint un bel arbre. Ses branches étaient longues et son feuillage était fourni. Quand le soleil tapait fort, Ténéa aimait faire la sieste à l'ombre de ses feuilles. Elle appuyait sa tête contre son tronc et rêvait pendant de longs moments.

Quand Hosaa eut encore grandi, elle put monter dans ses branches pour y passer la nuit. Le jour, elle pouvait s'y cacher pour se mettre à l'affût : elle attendait qu'un lapin ou un gibier se présente. Dès qu'il était suffisamment proche, elle le tuait d'un coup de sagaie. Ensuite elle le dépeçait et le faisait cuire avec le bois des branches mortes de Hosaa.

Hosaa lui demanda de ne pas faire le feu trop près de lui. Par contre il aimait beaucoup qu'après son repas elle répande les cendres du feu autour de son tronc. Il disait que c'était de la nourriture pour lui, que ses racines prenaient la cendre et qu'il s'en servait pour faire de nouvelles branches.

Apporter de l'eau et chasser les chenilles n'était pas les seuls services que Ténéa lui rendait. Un jour elle dû travailler très dur pour casser un bloc de roche qui menaçait de blesser Hosaa. Si le bloc était resté là, en grossissant le tronc de Hosaa aurait fini par le rencontrer.

Quand Ténéa mourut, Hosaa était un très grand arbre. Des oiseaux de toutes les couleurs vivaient dans ses branches, des herbes et des fleurs de toutes sortes poussaient dans la fraîcheur de son ombre. Leurs adieux durèrent tout un jour. Appuyée contre le tronc de Hosaa, toute faible, Ténéa contemplait sa ramure. Ils parlèrent de tout ce qu'ils avaient vécu ensemble. Le soir, quand le soleil jeta ses derniers feux rouges et or, Ténéa ferma les yeux pour toujours.
















Eric Brasseur
21 janvier 1998

Dessins de jack
22 juin 2002

www.000webhost.com