Eric Brasseur Accueil    |    Liens    |    Contact    |   
   



l'Eclipse du 11 août 1999









Voici ce que j'ai vu à Virton, le 11 août.

Sur base de mes descriptions, mon ami Frédéric Cloth a fabriqué une image en superposant et en retravaillant des photos que j'ai trouvées sur Internet. Ce n'est évidemment qu'une représentation. L'image rend mal la chevelure blanche du soleil et ne reproduit pas l'extrême brillance des arcs jaunes et des points roses :



Dans la réalité, la zone blanche autour du Soleil apparaît de façon beaucoup plus précise et elle est un peu plus grande. C'est un très grand nombre de fines lignes blanches qui partent du Soleil, comme les fils d'une plume légère. On voit le bleu du ciel derrière les lignes. En certains endroits elles se rejoignent, comme la pointe d'un pinceau gras. En d'autres endroits elles sont parrallèles entre elles, ou bien radiales comme les rayons parfaits d'une roue, ou bien carrément elles s'écartent l'une de l'autre. Le Soleil n'utilise pas de peigne !

Les zones jaunes et les pointes roses à la surface du Soleil étaient très brillantes. Imaginez que l'on pose quelques petites pierres précieuses sur un tissu noir et qu'on les éclaire avec un lumière très très puissante. Tellement puissante qu'on ne vois plus bien les pierres, seulement leur couleur. Les points roses sont des explosions à la surface du Soleil. Les zones jaunes sont, je crois, des parties de la haute atmosphère du Soleil.

Le centre, là où était la Lune, était tout noir. C'était la partie la plus impressionnante : comme si à cet endroit il y avait un trou dans l'Univers.

Après la phase totale, il y a eu la phase "anneau de diamant". Le Soleil pointe le bout de son nez de derrière la Lune, en un point surbrillant. Elle a duré quelques secondes. L'éclat du Soleil était très pur, comme sur une photo prise dans les régions polaires, ou comme le Soleil est parfois en hiver lorsque le ciel est totalement bleu. L'anneau autour de la Lune était beaucoup moins brillant, juste blanc, mais bien visible. L'humidité de l'atmosphère a produit un très bel écrin d'arc-en-ciel tout autour. Plus loin il y avait les nuages à haute altitude, comme de la ouate. C'était plus expressif, mais pas aussi impressionnant que la phase totale.

Du début de l'éclipse partielle à la phase totale, la température a baissé sensiblement. Le thermomètre électronique que j'avais amené a donné une baisse de température d'au moins 5 degrés. Il n'y a pas eu de vent. Après la phase totale, la température est remontée graduellement.

A aucun moment le ciel n'est devenu noir. Il est devenu plus sombre, mais est toujours resté bleu. Seulement une étoile est devenue visible, peut-être Sirius.

De la fin de la phase partielle à la phase totale, la lumière a fortement baissé mais il n'a pas fait nuit. Il a fait comme quand le Soleil perce au travers des nuages après un gros orage. La lumière est très piquée, un peu orange.

Quand je suis arrivé à Virton il y avait beaucoup de nuages. Deux couches nuageuses. Une couche nuageuse blanche à très haute altitude, qui ne bougeait pas et laissait apparaître 40% de ciel. Elle était découpée, de façon déchirée, en grandes zones. Une couche nuageuse grise à basse altitude qui se déplaçait assez vite, masquant le Soleil presque tout le temps. Elle était constituée de petits nuages très serrés, souvent serrés au point de former un masque relativement homogène.

Je me suis mis à un endroit où la couche à haute altitude ne masquait juste pas le Soleil. Pendant la phase partielle, avant la phase totale, la couche basse masquait le Soleil presque en permanence. Sans Lunettes on voyait juste une zone de nuages très brillante. Avec les Lunettes de protection, par contre, le Soleil était très net, bien découpé. On voyait la Lune le manger impeccablement. Avec un filtre faible, les nuages et leur mouvement étaient bien visibles autour et devant le Soleil. Grâce aux nuages, le Soleil n'était pas éblouissant vu au travers du filtre faible. Il y a eu peu de moments où le filtre faible a été trop faible et où il fallait impérativement prendre un filtre fort. Les filtres forts ne permettaient que de voir le Soleil et sa partie mangée par la Lune, rien d'autre.

Juste avant la phase totale, le ciel s'est fortement dégagé, en commençant par la portion de ciel dans la direction d'où venait la tache d'ombre sur la Terre. Là le ciel a présenté des couleurs et des teintes brillantes comme un couché de Soleil, pas de façon aussi grandiose qu'un véritable couché de Soleil.

Après la phase totale, l'anneau de diamant terminé, le ciel s'est complètement couvert. Il n'y avait plus moyen du tout de voir la forme ou la position du Soleil. Ce n'est que vingt minutes plus tard, quand la Lune avait presque terminé de quitter le Soleil, qu'il y a de nouveau eu moyen de voir le Soleil, en utilisant le filtre faible.

A aucun moment la Lune n'a été visible. On voyait avec une parfaite netteté la découpe qu'elle faisait dans le Soleil, mais en dehors de cela sa surface ou le reste de sa circonférence dans le ciel n'existaient pas. Si on regardait en direction de la Lune, on ne voyait que le bleu-gris du ciel, ou le noir des filtres. On aurait vraiment dit qu'il n'y avait que le Soleil et qu'il se faisait grignoter comme un fromage par des souris invisibles.

J'étais sur un champ de blé récolté, La plupart des personnes étaient en groupes amicaux, amoureux ou familiaux de deux à cinq personnes. Ces groupes étaient distants les uns des autres de 10 à 50 mètres. Je n'ai pas entendu d'expressions de surprise ni n'ai vu de mouvements particuliers. Au moment de la phase totale beaucoup ont applaudit. Il y avait un chien, il n'a eu aucune réaction particulière.


Technique

La raison pour laquelle j'ai pu voir le soleil avec une très grande finesse est que vingt minutes avant l'éclipse j'ai monté sur mes lunettes des verres plus forts de -0.25 dioptries. Comme tous les myopes j'ai des lunettes qui ne corrigent pas ma vue complètement. Mes verres normaux sont trop faibles de -0.25 dioptries par rapport à ce qu'il me faudrait en théorie. Les opticiens et les ophtalmologues font cela afin d'éviter que les yeux d'un myopes ne deviennent encore plus myopes. Donc, en temps normal, quand je regarde au loin, je vois très bien, mais pas parfaitement. Pour la durée de l'éclipse, j'ai fait en sorte d'avoir une vue parfaite... Cette façon de faire présente de nombreux avantages par rapport à des jumelles. Pour les architectes, les artistes, les touristes... il serait intéressant qu'ils puissent disposer d'appliques avec deux verres organiques de -0.25 dioptries, ou de lunettes avec des verres de -0.25, ou encore d'une deuxième paire de lunettes avec des verres un peu plus forts.

Dans aucune revue, dans aucun livre que j'ai pu feuilleter, ni même sur Internet, je n'ai trouvé une photo qui reproduit correctement ce que j'ai vu pendant la phase de totalité. C'est dû à des problèmes que rencontrent les photographes et au fait que l'oeil humain est plus performant qu'un appareil photo.

Les photos de l'éclipse que j'ai pu voir par après avaient plusieurs problèmes. Beaucoup de photos avaient été prises avec des appareils photo mal adaptés ou étaient masquées par les nuages. Dans ces cas là il n'y a rien à faire, bien sûr. Mais les photos de qualité auraient pu être meilleures. Certaines photos, relativement fines, avaient un léger bougé. Il faut donc envisager l'usage d'une platte-forme équatoriale. La luminosité du soleil permet d'utiliser un petit diaphragme pour avoir une grande profondeur de champ et ainsi obtenir la meilleure finesse des détails. La forte luminosité des zones proches du soleil impose l'usage d'une optique de qualité pour minimiser les halos. La faible dynamique en intensité du rendu sur papier photo est un problème. Il faut soit faire plusieurs photos consécutives, plus ou moins exposées, pour privilégier telle ou telle partie, soit il faut scanner la photo plusieurs fois pendant la durée du bain de révélateur : a chaque stade de nouveaux détails apparaissent puis disparaissent. Ensuite on peut superposer les scans des différents stades. Pour le rendu sur moniteur d'ordinateur, une possibilité est de se mettre dans l'obscurité, de régler la luminosité du moniteur au maximum et d'afficher une image sombre avec quelques points brillants. L'image apparaît globalement normale mais les points brillants peuvent être très brillants.


Cette photo correspond assez bien à ce que je me souviens avoir vu, même si les couleurs et les intensités ne correspondent pas toujours : http://en.wikipedia.org/wiki/File:Solar_eclips_1999_4_NR.jpg



Eric Brasseur
20 septembre 1999

www.000webhost.com