Eric Brasseur Accueil    |    Liens    |    Contact    |   
   



Le scandale du F-35






Le JSF F-35 Lightning II est le nouvel avion de combat de l'armée américaine. Il est sensé être comparable au F-16 Falcon, en plus moderne.


Les caractéristiques du F-35 étaient présentées comme époustouflantes :

C'est à ce point fabuleux que plusieurs pays se sont engagés à acheter des F-35 avant-même qu'il soit opérationnel. En Australie, la décision a été prise sans entendre la concurrence.

Le F-35 serait le prince du ciel. Des escadrilles de F-35 pourraient paisiblement pénétrer en territoire ennemi. Même de nuit et au centre de nuages, les pilotes verraient absolument tout autour d'eux et au delà de l'horizon, comme si la Terre et l'avion lui-même étaient transparents. L'ennemi n'aurait pas la moindre idée de leur présence. Les F-35 largueraient pacifiquement leurs bombes chirurgicales. Quelques avions de chasse ennemis seraient abattus sans qu'on comprenne d'où proviennent les missiles. Et les F-35 rentreraient à la base comme après une promenade de santé.

Et puis... plusieurs pays se sont retirés ou ont réduit leur commande.

Il est apparu que des experts considèrent le F-35 comme médiocre et le qualifiaient d'arnaque du siècle.

Que disent ces experts ?


Furtivité

Le F-35, comme tous les avions furtifs, est visible au radar si on utilise le radar approprié. Ces radars mettent à profit les grandes longueurs d'onde radio. C'est en procédant ainsi que les serbes ont réussi à abattre un F-117. (On peut comprendre cela par une analogie. Imaginez qu'on vous bande les yeux et on vous bouche les oreilles et on vous demande de trouver dans quelle direction se trouve un grand objet placé quelques mètres plus loin. Pour cela vous avez le droit de lancer des poignées de gravier. Si des graviers heurtent l'objet, ils rebondissent dans toutes les directions et parfois dans votre direction. Ainsi, quand vous sentez un petit gravier heurter votre visage ou votre torse, vous savez que vous avez lancé la poignée de gravier dans la direction où se trouve l'objet. C'est le principe du radar. Si l'objet est furtif, cela veut dire qu'on lui a donné des formes appropriées pour que les graviers ne rebondissent jamais dans la direction dont ils sont venus. Et certains graviers restent collés à la surface de l'objet. Pour déjouer cela... lancez des ballons de plage. Ils sont beaucoup plus grands que les graviers et sont insensibles aux pièges.)

La furtivité du F-35 est en principe toujours efficace contre les radars d'autres avions ou de missiles. Parce que, la taille du nez de l'avion ou du missile étant réduite, le radar qui y est logé doit obligatoirement utiliser des courtes longueurs d'onde. Ne pas être visible pour le radar d'un avion de chasse ennemi est un grand avantage.

Cela cesse malheureusement d'être vrai si l'ennemi dispose de beaucoup d'émetteurs radar et les utilise de façon coordonnée. L'écho de l'onde envoyée par un radar sera reçue par un autre radar. Le F-35 brillera dans le ciel de mille feux, comme un diamant solitaire version ondes radar, signalant sa position par flashes.

Cela cesse surtout d'être vrai quand l'ennemi pratique lui aussi l'intégration des données et envoie à ses chasseurs et à ses missiles les positions des avions furtifs, détectées par les radars appropriés. Et il existe d'autres moyens que le radar pour détecter un avion : son bruit, l'observation visuelle en lumière visible ou invisible ; active ou passive, l'interception des données de l'ennemi... Avant la Deuxième Guerre Mondiale, les anglais installaient un réseau de radars acoustiques. Pendant les deux guerres mondiales, un vaisseau aérien pris de nuit dans les feux de projecteurs avait peu de chances d'échapper à la DCA. De nos jours, on peut faire tenir un projecteur laser infra-rouge dans un sac à dos.

L'arrière du F-35 est visible pour tous les radars.

Les avions de combat classiques comme le F-15 et le F-18 peuvent être rendus furtifs, en leur appliquant les mêmes techniques (lisser les parfois, utiliser des pâtes absorbantes...) Ils seront moins furtifs que le F-35... mais le gain est appréciable. Le Typhoon européen et le Rafale français, de même, sont conçus pour pouvoir attaquer l'ennemi avec un bon niveau de furtivité.

Pour rendre un avion fortement invisible aux radars, il faut sacrifier ses performances aérodynamiques. Le corps du F-35 est énorme parce qu'il abrite ses munitions à l'intérieur. Il freine donc dans l'air, au contraire des autres avions de combat qui sont très effilés. Cela le gène tout particulièrement pour fuir l'ennemi en fin de mission. Au lieu de pouvoir pousser des pics de vitesse à Mach 2 comme un F-16, il se traîne à Mach 1,6 et peut être rattrapé.

Les avions furtifs sont efficaces contre des pays dont les radars et les missiles sont primitifs et/ou facile à détruire au sol. Mais contre des pays qui pratiquent l'intégration des données et qui disposent de radars adaptés et de missiles à guidage optique, l'avantage de la furtivité devient faible.


Domination du ciel

Le F-35, comme le F-16 ou le F-18, ne domine le ciel que dans la mesure des capacités des missiles air-air qu'il transporte. Les performances acrobatiques de ces avions sont très bonnes... mais ils ne sont pas optimisés pour le combat tournoyant au canon. Ils sont écrasés par les "vrais" chasseurs comme le F-15, le F-22 ou le Su-27 Flanker russe et ses dérivés comme les J-11 chinois. La raison principale est la "charge alaire". Le F-15 et le Su-27 ont de grandes ailes, pour être capables de tourner et de manœuvrer de façon vive. Le F-16, le F-18, et tout particulièrement le F-35, sont des "camionnettes du ciel", qui servent à livrer des bombes.

Les défenseurs du F-35 affirment que le combat tournoyant est du passé. Le F-15, par exemple, qui a plus de 100 victoires aériennes à son actif contre aucune perte en combat (!), a abattu très peu d'avions ennemis au canon. La quasi totalité de ses victoires ont été remportées grâce à son radar qui voit plus loin que ceux de l'ennemi et à ses missiles tirés à longue distance. À cela, les critiques du F-35 répondent que ces victoires aériennes ont été obtenues contre des pays "primitifs", utilisant du vieux matériel russe. Si un conflit sérieux éclate, ce sera contre des pays capables de brouiller les systèmes électroniques du F-35 voire d'abattre ses missiles avec des armes à rayonnement. Les F-35 se feront massacrer, en combat tournoyant ou par des gros missiles bien plus performants que les deux petits missiles-bouts d'allumette qu'ils emportent dans leurs soutes.

Depuis le P-51 Mustang de la Seconde Guerre Mondiale, les avions de combat comme le F-15, le F-16, le F-18 ou le A-10, se caractérisent par une verrière "bulle" qui permet au pilote de voir très largement autour de lui. Ce n'est pas le cas du F-35, qui prétend reposer sur une verrière virtuelle intégrée au casque du pilote. Il lui seront projetées les images de tout ce qui l'entoure, même sous l'avion. On pourrait même remplacer la verrière par des plaques de blindage et le pilote se contenterait des images virtuelles... Ce système est promis à un bel avenir, également dans l'industrie ou la recherche scientifique. Le problème est qu'on ne connaît pas les capacités des autres nations modernes à brouiller ce système. Comme les plans du F-35 ont largement été piratés sur les serveurs informatiques du Pentagone, on peut avoir des craintes.


Appui tactique

Le rôle de l'A-10 est de rester pendant des heures à proximité des zones de combat et d'intervenir quand l'infanterie au sol en a besoin ; soit pour favoriser une percée, soit pour couvrir un retrait. Prétendre que le F-35 pourrait remplir ce rôle est une hérésie.

Électronique embarquée

Elle est boguée jusqu'à la lie ; "qualité Windows". Rien ne fonctionne correctement. Même les logiciels de contrôle du vol ont des bogues, ce qui peut entraîner le crash de l'avion voire sa dislocation en vol.

Les défenseurs du F-35 répondent que ce n'est qu'une question de mise au point. À cela on leur répond que si les logiciels ont autant besoin de mise au point, cela indique qu'à la base ils ont été écrits sans appliquer la rigueur nécessaire et que dans ce cas-là il est impossible de les rendre corrects ; on ne peut que tourner en rond dans les bogues.

Il y a des concepts réellement utiles, dans l'électronique prévue pour le F-35. Par exemple la gestion intégrée des données, le partage automatique des informations entre les avions, le recours aux capteurs passifs... Le problème est que ces technologies peuvent être mises à profit dans les avions existants... quand elles fonctionneront. Pourquoi s'encombrer à les mettre dans une camionnette volante qui a un court rayon d'action et qui coûte une fortune, quand on pourrait les mettre dans de véritables avions de combat ?


Coût

Le F-35 était sensé être la formule magique. En plus d'intégrer les derniers progrès scientifiques et la furtivité, on mettrait au point un seul avion, adapté pour remplacer tous les autres avions en service dans les divers corps d'armée, sauf le F-22. Cela allait donc coûter moins cher ! Et comme on allait tout particulièrement veiller à ce qu'il soit facile et bon-marché à entretenir, ce serait vraiment fabuleux. Comment le Pentagone pourrait-il refuser pareille aubaine... Ce beau rêve à tourné au cauchemar.
Des avions de légende comme le F-15 ou le A-10 ont été conçus par quelques personnes ; des experts qui maîtrisaient un peu tous les aspects de l'avion, qui ont longuement potassé les échecs précédents de l'armée et interviewé les pilotes chargés des types de missions envisagés... Ils remettent en question les anciennes habitudes, mènent au développement de nouvelles technologies... Le F-35 est l'inverse. Il est le fruit de personnes qui ont des idées naïves, qu'ils imposent à des premiers de classe capables de se servir de logiciels de CAO, qui à leur tour imposent à des techniciens de fabriquer les pièces tout bien comme c'est marqué sur les plans. Du fantasme, d'un bout à l'autre de la chaîne, pour aboutir à quelque chose qui fonctionne certes mais qui est lourd, très cher et très fragile. Un béhémoth administratif dont des escrocs de classe internationale ont pris le contrôle ne peut pas produire un appareil digne du génie humain. L'industrie aérospatiale américaine a produit des choses fabuleuses... et puis des escrocs se servent du prestige acquis pour racler le pactole.

Le développement du F-35 a significativement contribué à la dette actuelle prohibitive de l'état américain. Tout en, n'ayant finalement aucune nécessité. Il n'est pas de taille contre les pays qui savent se défendre. Contre les pays primitifs, le matériel existant était suffisant et l'a prouvé. C'est une gigantesque prise d'otages, une destruction massive de ressources du pays au bénéfice d'une petite classe de personnes. Le dixième ou le centième des investissements aurait été beaucoup plus rentable par exemple pour la mise au point des IA militaires ou d'armes à rayonnement. Le F-35 est une arme de guerres coloniales... Ce que les américains n'ont pas encore compris est qu'ils sont le principal peuple pillé dans cette guerre coloniale.

Pour des raisons similaires, le Président Obama a mis fin à la production des F-22. On s'attend à ce qu'il arrive la même chose au F-35.


Les défenseurs du F-35 répondent à ces critiques que la magie du F-35 est encore à venir. "Vous verrez !"



Eric Brasseur  -  20 février  au  23 juin 2014