Eric Brasseur Accueil    |    Liens    |    Contact    |   
   








Le monstre

dans le jardin












 
        Hong Li a un monstre dans son jardin. Pas un grand monstre. Juste un petit monstre. Mais quel monstre ! Quand Hong Li essaye de se reposer, le monstre fait toujours quelque chose qui l'en empêche.
        La dernière fois, le monstre cassait des pierres. Cela faisait un bruit de tous les diables. Hong Li essaya de parler au monstre.
        `Bonjour Ha Sho. S'il te plaît, pourrais-tu casser tes pierres une autre fois ?´
        `Tu ne m'aimes pas !´ répondit Ha Sho.
        `Mais si, je t'aime beaucoup. C'est juste que je suis un peu fatigué. Je voudrais me reposer.´
        `Si tu es fatigué, va dormir dans ta chambre.´
        `Je ne veux pas dormir. Je voudrais juste me détendre dans mon jardin.´
        `Quand la pie chante à tue-tête le matin et me réveille, tu crois que cela m'enchante ?´ rétorqua Ha Sho.
        Il était impossible de discuter avec Ha Sho.
        Ha Sho était particulièrement pénible quand il devait prendre une décision. Par exemple, quelle couleur porter pour aller à la fête des monstres ?
        `Il faut du noir, cela va bien avec mon teint ! Non, le noir est la couleur de la mort ! Il faut du blanc, c'est plus gai ! Non, le blanc ne va pas avec mon teint ! Il faut du noir, cela va bien avec mon teint ! ...´ Ainsi de suite, pendant des heures. Ha Sho oscillait entre le blanc et le noir. Il parlait à voix haute. Quand il penchait pour le blanc, il tournait la tête vers l'Est. Quand il penchait pour le noir, vers l'Ouest. Hong Li savait ce qu'il fallait faire dans ces cas-là : jeter une boulette d'opium. Ha Sho l'avalait aussitôt et se calmait. Il ne pensait plus au blanc ni au noir. Mais il n'allait jamais à la fête des monstres.
        Hong Li ne savait que faire. Un homme a besoin de son jardin pour se reposer.
        Un jour au matin, Hong Li faisait sa promenade dans le jardin. Au milieu se trouvait un monstre, qui n'était pas Ha Sho. Il était immobile. Parfois il se léchait un peu, comme un chat. Hong Li était inquiet. Ses appréhensions ne tardèrent pas à se confirmer. Dès qu'il fut réveillé, Ha Sho aperçut l'autre monstre et se dirigea vers lui.
        `Va-t-en. Allez, pfuit ! C'est mon jardin.´
        Le monstre ne bougea pas. Ha Sho haussa le ton. Il faisait des grands gestes, planté à quelques mètres.
        `Va-t-en ! Du balai !´
        Ha Sho reculait puis courait en gesticulant vers le monstre. Il criait de plus en plus fort, proférait des insanités... L'autre monstre ne bougeait pas. Hong Li se dit que jeter une boulette d'opium à Ha Sho ne serait pas une bonne idée. L'autre monstre ferait ce qu'il voudrait de Ha Sho et la situation serait peut-être pire ensuite.
        Les cris aigus et le bruit des cavalcades eurent raison de Hong Li. Il rentra dans sa maison.
        Le lendemain Ha Sho semblait désespéré. Il se trouvait à quelques mètres du deuxième monstre. Il se penchait pour l'observer. Il avançait un peu ou reculait. On eût dit qu'il allait pleurer. Pour la première fois depuis longtemps Hong Li put s'asseoir sur un banc et se reposer un peu. Ce silence... quelle merveille. Des oiseaux chantaient dans les arbres. Le vent caressait le buisson de bambous. L'herbe et les fleurs sentaient bon. Hong Li ne pouvait pas parfaitement se détendre. Il avait toujours peur des réactions de Ha Sho. Mais tout de même... quel progrès.
        Les jours suivants Hong Li continua à observer Ha Sho. Il se rapprochait un peu de l'autre monstre puis reculait. Il tournait autour. Quand il osa se rapprocher à moins de quelques décimètres, il commença à le renifler. Il reculait aussitôt à plusieurs mètres. Puis il s'approchait de nouveau...
        Quelques jours plus tard, Ha Sho restait à côté du monstre. Il ne disait rien. Il était à côté du monstre, c'est tout. Cela faisait plusieurs jours maintenant que Hong Li pouvait profiter de son jardin.
        Un matin, le monstre adressa la parole à Ha Sho.
        `Tu viens ? Je voudrais aller près de l'étang.´
        Ha Sho le suivit, comme si cela était tout à fait normal. Hong Li se félicitait à présent de l'arrivée du deuxième monstre.
        Un jour les deux monstres s'approchèrent de Hong Li.
        `Bonjour Hong Li.´ dit Ha Sho.
        `Bonjour Ha Sho.´
        `Je te présente Si Li.´
        `Bonjour Si Li.´
        `Bonjour Hong Li !´
        Ha Sho et Si Li avaient de petites mines réjouies. Leurs petites dents pointues affichaient de grands sourires et leurs oreilles papillotaient en exprimant leur bonne humeur.
        `Nous irons ce soir à la fête.´ dit Ha Sho. `Je vais mettre un beau costume gris avec des manches roses.´
        Extraordinaire, se dit Hong Li.
        `Hong Li...´ Si Li voulait demander quelque chose.
        `Oui, Si Li ?´
        `Ha Sho et moi voudrions agrandir sa petit maison dans le jardin. Nous allons casser des pierres pour la construire. Mais il ne faut pas t'en faire, nous ferons cela quand tu es parti. Pour ne pas te déranger.´
        `C'est très gentil à vous deux. Je suis sûr que vous ferez une belle maison.´
        Les derniers mots de Hong Li s'étranglèrent un peu. Il venait de remarquer que Si Li avait changé. Son ventre... avait gonflé.





Eric Brasseur
26 juin 2005

www.000webhost.com