Eric Brasseur Accueil    |    Liens    |    Contact    |   
   



L'oeuf et la poule, variation sur l'Evolution







De l'oeuf et la poule, qui est le premier ? Il faut un oeuf pour faire une poule. Il faut une poule pour faire un oeuf. Il y a des milliers d'années, qui a été le premier ? L'oeuf ou la poule ? Si c'est l'oeuf, qui l'a pondu ? Si c'est la poule, de quel oeuf est-elle sortie ?

En gros cinq réponses circulent :
Cette cinquième explication est beaucoup plus fatigante que les quatre premières. Ce qui ne plaide pas en sa faveur. Mais elle a un gros avantage : quand on inspecte les rochers qui contiennent les fossiles des animaux et des unicellulaires qui ont peuplé la Terre depuis des centaines de millions d'années, ont voit que c'est cela qui c'est passé.

Bon, mais d'où viennent les unicellulaires ? Certains proposent qu'ils viennent d'une autre planète. Des rochers de cette lointaine planète auraient été arrachés par la collision d'un énorme astéroïde. Sur ces roches il y aurait eu des unicellulaires. Ils auraient été congelés par le froid de l'espace. Des millions ou des milliards d'années après ils auraient pénétré l'atmosphère de la Terre. On a prouvé que si le bout de rocher est assez gros des unicellulaires peuvent survivre à la friction de l'entrée dans l'atmosphère de la Terre ainsi qu'au choc de l'impact et arriver intacts dans les océans. Puis ils auraient proliféré sur Terre. Cela semble possible, mais cela ne fait que reculer la question : comment les unicellulaires sont ils apparus sur la planète initiale ? Venus d'une troisième planète ? Pourquoi pas. Et ainsi de suite, si on accepte que l'Univers a toujours existé et qu'il y a toujours eu des planètes avec de la vie, des unicellulaires. Mais cela ne semble pas être le cas. Tout porte à croire que notre Univers est apparu dans une gigantesque explosion il y a quatorze milliards d'années. Donc, il y a forcément une planète sur laquelle la Vie est apparue à un moment donné. Comment des unicellulaires peuvent-ils apparaître sur une planète, par exemple la nôtre ? Par hasard ? Les bonnes molécules passaient par là et puis patatras il y a eu un coup d'éclair et elles se sont soudées ensemble pour former un unicellulaire ? C'est impossible. Un unicellulaire est quelque chose de très compliqué, fait de milliers de molécules très différentes les unes des autres qui jouent chacune un rôle clé. Cela ne s'assemble pas par hasard. Il y a forcément quelque chose de plus simple qui a existé avant les unicellulaires. D'après les géologues, à l'époque où la Vie est apparue sur Terre il n'y avait pas de continents. La Terre était entièrement recouverte d'eau. Donc la Vie est apparue dans l'eau. Cette eau devait être une véritable boue chimique, brassée et enrichie par les cheminées volcaniques sous-marines. Toutes sortes de molécules existaient dans cette boue, même des molécules qui à priori ne peuvent pas se former naturellement, parce que la lumière du Soleil frappait la Terre et la violence des rayons ultra-violets peut forcer des réactions chimiques. Il y avait aussi des orages, dont les éclairs peuvent souder ensemble ou briser toutes sortes de molécules. Créer un être humain par une monstrueuse décharge électrique, comme le monstre du Docteur Frankenstein, c'est de la fiction. Mais il est bien possible que les simples premières molécules du vivant aient été le produit de décharges électriques. Toutes ces molécules chimiques brassées dans ce grand bain réagissaient ensemble. Elles s'associaient et se brisaient continuellement. De grosses molécules capturaient de plus petites. Et de très petites brisaient des grosses. Certaines molécules ne réagissaient pas ensemble mais s'agglutinaient l'une contre l'autre, formant d'infimes petits flocons. On peut y voir les ébauches inertes des premiers unicellulaires. Il y avait aussi un type particulier de molécules, qui sont les catalyseurs. Ce sont des molécules qui favorisent des réactions chimiques. Elles ne font pas partie de la réaction, mais leur présence la déclenche ou l'accélère. Par exemple supposons deux molécules A et B qui peuvent réagir ensemble pour former une molécule C. Et bien un catalyseur peut être une molécule D, qui a la propriété que quand elle rencontre une molécule A et une B, elle stimule leur réaction pour former une molécule C. La molécule D sort intacte de l'opération. Mais sans sa présence la réaction n'aurait probablement pas eu lieu. On suppose, schématiquement, qu'une de ces molécules catalyseur a eu la propriété de déclencher une réaction chimique qui produisait une copie d'elle-même. C'est à dire que quand une molécule A et une B rencontrent une C, la C sert de catalyseur pour faire se souder ensemble la A et la B et former une deuxième molécule C. Cette molécule C serait donc le départ de la Vie. Elle n'est qu'une simple molécule, mais elle se reproduit. Elle "mange" des molécules A et B pour former de nouvelles molécules C. Elle crée des copies d'elle-même. On ne sait pas encore à quoi ressemblait cette molécule C et on ne le saura peut-être jamais. Il est bien possible aussi que la réaction qui menait cette molécule à faire des copies d'elle-même soit plus complexe qu'une simple réaction A + B. Il y avait peut-être des réactions intermédiaires ou des interactions avec des agglomérats de molécules. Toujours est-il que cette faculté de souder des molécules ensemble s'est développée. Ces molécules qui se reproduisaient ont grandit en taille et se sont entourées à demeure d'un agglomérat de molécules. Pas à pas, les ensembles de molécules qui étaient les plus performants pour engendrer des copies d'eux-mêmes se sont développés, améliorés. Un nombre incalculable de ces petits agglomérats a peuplé l'océan qui recouvrait la Terre. Pendant un milliard d'années, si une petite différence survenue par hasard rendait une formule d'agglomérat un peu plus performante que les autres, elle les supplantait. Des familles d'agglomérats différents ont coexisté, se sont fait la concurrence. La complexification et la qualité des agglomérats est devenue telle qu'on pouvait parler d'unicellulaire. La molécule catalyseur centrale était devenue gigantesque. C'était de l'ADN. L'agglomérat autour était devenu une robuste parois cellulaire de molécules soudées ensemble. Une collection de petits mécanismes moléculaires faisaient fonctionner les entrailles de l'unicellulaire. On en est finalement arrivés aux unicellulaires complexes que nous connaissons actuellement : une membrane extérieure fermée, la présence d'organelles, de vacuoles, de pompes à ions... Il existe un nombre inimaginable d'unicellulaires différents, de tailles très diverses, qui "mangent" des choses très différentes ou qui mangent d'autres unicellulaires. Certains ne sont même pas capables de grossir et de se diviser eux-mêmes en deux copies identiques : ce sont les virus. Certains unicellulaires sont capables de fabriquer des molécules ou de vivre dans des circonstances impossibles pour d'autres. Toutes les combinaisons possibles semblent exister. Leur seul point commun est qu'ils sont capables de se dupliquer ou de se faire dupliquer. Il existe même une simple grosse molécule qui crée des copies d'elles-même dans les cellules qu'elle colonise : le prion, responsable de la maladie de la vache folle. Tout cela est la Vie. L'origine de cette vie est donc semble-t-il cette boue chimique en réaction dans l'Océan, alimentée par les gaz de l'atmosphère et des cheminées volcaniques sous-marines, il y a quelques milliards d'années. C'est là que sont nés les premiers unicellulaires-oeufs-poules ultra-rudimentaires, faits de quelques molécules seulement. De nos jours les unicellulaires continuent à proliférer et parsèment la Terre. Les animaux sont des unicellulaires qui se sont assemblés pour devenir leur propre petit océan auto-transportable. Ces mini-océans sont à leur tour peuplés d'autres unicellulaires. L'importance de cette Vie est telle qu'elle a changé la destinée géologique de la Terre. Elle a causé des sédimentations, créé l'oxygène, changé la température de la surface, changé la couleur de la planète vue de l'Espace...

La dernière variation en date de cette vie est l'Homme. En ce moment il bouleverse les cycles de réaction de la Vie et a un impact de plus en plus grand sur la Terre. Mais il ne dérange pas vraiment les unicellulaires. Et même il pourrait un jour les emmener dans ses vaisseaux spatiaux pour s'implanter sur d'autres planètes. Il pourrait créer de toutes pièces les océans dont ils ont besoin, sur d'autres mondes.

Dernière dépêche : un ami me fait remarquer qu'il existe une façon de voir les choses, compatible avec la Théorie de l'Evolution, qui répond à sa façon à la question. Les poules sont les descendantes des dinosaures, fort bien, mais les dinosaures ne sont pas des poules. Imaginons qu'on puisse observer au fil des millénaires la petite population de dinosaures qui a lentement évoluée vers l'identité de poule. Il est impossible de dire objectivement à quel moment précis ils sont devenus des poules. Les modifications se sont faites tellement lentement. On peut juste voir qu'ils ressemblent de plus en plus à des poules au fil des centaines de milliers d'années. Mais rien n'empêche, en toute sympathique subjectivité, de désigner un de ces animaux comme étant "miss poule" : le premier à vraiment donner l'impression d'être une poule. Peu importe quel animal on désigne et à quelle époque. On en désigne un. Il est la première poule. Ce qu'il est, était défini par son ADN dans son oeuf. Mais cet oeuf qui a donné naissance à la première poule, est-il un oeuf de poule ? A priori c'est difficile à dire. Si on pose qu'un oeuf de poule est pondu par une poule, ce n'est pas un oeuf de poule. C'est un oeuf de dinosaure. Par contre si on pose qu'un oeuf de poule est un oeuf qui donne naissance à une poule, alors c'est un oeuf de poule. Allons voir au dictionnaire, à "oeuf". Il est marqué : "Corps arrondi, [] que produisent les femelles des oiseaux []". Le dictionnaire est formel : ce n'est pas un oeuf de poule. C'est un oeuf de dinosaure. Il a été pondu par un dinosaure. Donc, le premier, de l'oeuf ou de la poule, c'est cette première poule. Ensuite elle pondra le premier oeuf de poule, d'où sortira la deuxième poule. La poule était là la première. Par contre si c'était un coq, il n'a pas pondu le premier oeuf de poule, bien sûr. C'est une de ses descendantes. Mais cela ne modifie pas le verdict.

La cinquième proposition et la dernière dépêche sont toutes deux scientifiquement et linguistiquement valables. A vous de décider laquelle vous plaît. Ne vous laissez influencer par personne dans votre choix. Vous pouvez aussi prendre une des autres explications, en fait, si vous en avez envie. Sauf à votre travail, si vous êtes médecin ou biologiste. Pour éviter de faire des bévues, vous devez travailler en fonction de la théorie la plus techniquement au point. C'est une responsabilité.

Hervé Daniel (oeupou_01.gif) fait remarquer que les dinosaures ne sont pas devenus des poules. Ils sont devenus des oiseaux. Ensuite, une variété particulière d'oiseaux est devenue les poules. L'oeuf dont est issu la première poule a été pondu par un oiseau. Et non par un dinosaure. Cela rend le débat tendu. Si l'on utilise la définition stricte du dictionnaire, comme quoi les oeufs sont pondus par les femelles des oiseaux, alors l'oeuf était là avant la poule. L'oeuf d'oiseau contenait la première poule... Par pure mauvaise foi, essayons de garder notre approche de départ. Si on dit "un oeuf de grenouille", à quoi reconnaît-on le fait que c'est un oeuf "de grenouille". Au fait qu'il a été pondu par une grenouille, ou au fait qu'il donne naissance à un tétard qui deviendra une grenouille ? Il y a déjà là un embryon de réponse : l'oeuf donne naissance à un tétard, pas à une grenouille. De même l'oeuf d'oiseau (ou de poule) donne naissance à un poussin... Plus fort : imaginons que l'oeuf soit stérile, ou qu'on le modifie génétiquement pour qu'il donne naissance à un parcmètre. On continuera à l'appeler un oeuf de grenouille... Donc, l'oeuf d'oiseau qui contenait la première poule n'était pas un oeuf de poule... C'était un oeuf d'oiseau-non-poule. Donc la poule est la première. Question : que fait-on si on utilise une autre langue, peut-être le Chinois ou l'Apache, dans laquelle le nom de l'oeuf désigne ce à quoi il donne naissance ? Réponse scientifique : il faut faire des statistiques. Il faut compter le nombre de langues du premier type et du deuxième type. La majorité l'emporte. A condition que les peuples qui parlent ces langues respectent les Droits de l'Homme, bien sûr. Il faut donc que ce soient des gens de bonne foi.

Olivier Couture nous envoie le témoignage ci-dessous. Les vapeurs éthyliques n'ont pas un cote chamanique très élevée mais toute démarche visant à permettre une libre expression du subconscient doit être prise en compte :

SALUT ÉRIC, NOUS SOMJMES TOTALEMENBT SAOUL ET NOUS AVONS CONVENUS, ENTRE HUMAINS INTELLIGENTS, QUE l,ŒUF, EST VENU DU LÉZARD, QUI S’EST ÉVOLUÉ EN POULE, DONC, C’EST L’ŒUF QUI CONTENAIT LA POULE QUI A ÉTÉ PONDU EN PREMIER 

ÀMEWRCI

Un article de CNN envoyé par un gentil lecteur : http://edition.cnn.com/2006/TECH/science/05/26/chicken.egg/

Un avis d'Alexandre Feron :

De l'oeuf et la poule, qui est le premier ?
Ma réponse est :
Le poussin
 
Le poussin était là avant l'oeuf puisqu'il a du être là pour donner un
jour une poule qui a pondu cet oeuf.
Le poussin était là avant la poule car elle-même a été poussin avant
d'être poule.



Eric Brasseur
30 juillet 2002 au
19 octobre 2009


www.000webhost.com