Eric Brasseur Accueil    |    Liens    |    Contact    |   
   



Parasites intestinaux et obésité







Une des propositions scientifiques pour expliquer l'épidémie d'obésité et de diabète suggère que le fonctionnement du pancréas et de l'insuline est détraqué par des toxines produites par des parasites intestinaux.


Les amateurs de science-fiction connaissent le thème du parasite extraterrestre qui prend le contrôle d'un hôte humain. Le parasite s'enveloppe autour de la colonne vertébrale du sujet ou s'implante à l'intérieur du crâne. De là il instille ses dendrites pour se connecter aux neurones de l'hôte et supplanter sa conscience. Un peu comme un pirate informatique s'infiltre dans une banque pour supplanter ses ordinateurs.

Dans la réalité, les parasites n'ont pas de conscience. Ce sont de simples virus, champignons, protozoaires ou vers. Ils prennent le contrôle du cerveau de leur hôte par des moyens plus simples. Il faut même plutôt dire qu'ils se contentent d'induire des changements de comportement, en produisant des toxines ou en engendrant des réactions.
Il existe une très grande variété de vers intestinaux dont l'homme peut souffrir. Certains sont célèbres, comme le ver solitaire, les ascaris, les oxyures... Leurs effets peuvent être flagrants et leur diagnostic facile. Une infestation peut aussi être discrète et passer inaperçue, en particulier chez un occidental bien nourris.

Les candida sont des levures (champignons) naturellement présentes dans le système digestif. Elles peuvent parfois se développer de façon anormale, s'incruster dans la parois intestinale et causer une série de problèmes de santé.

Il est connu que les toxines produites par certains vers ont un effet direct sur le système digestif. Elles ralentissent les muscles des intestins et dégradent le fonctionnement des protéases (les enzymes qui digèrent les protéines). Ces effets sont utiles pour les vers. Ils augmentent leur confort...

On suppose à présent que des toxines produites, par des vers ou par des bactéries, ont aussi un effet sur le pancréas et plus particulièrement sur le fonctionnement de l'insuline. Le fonctionnement de l'insuline étant détraqué, la victime ne sent pas quand elle a assez mangé. Elle va même faire des fringales, tout particulièrement de sucreries. Elles va ainsi engouffrer tous les jours des quantités anormales de nourriture, qui sont tout bénéfice pour les parasites et permet leur prolifération.

Il a par exemple été proposé que les opérations pour réduire la taille de l'estomac amènent une modification de la flore bactérienne du système digestif. Ce serait par la réduction des parasites dans la flore, que la personne retrouve un réflexe de satiété normal.

Les conséquences directes et indirectes de ces toxines d'origine parasitaire seraient nombreuses. Obésité bien sûr, à cause de la surconsommation de nourriture, mais aussi à l'inverse une maigreur anormale. Diabète, problèmes cardiovasculaires, problèmes inflammatoires (arthrite...), apathie, plus grande sensibilité à d'autres problèmes de santé...

Se débarrasser de vers intestinaux est en général facile. Le mébendazole, par exemple, est bon-marché, en vente libre et généralement sans effets secondaires. Demandez conseil à votre médecin.

Des dérèglements de la flore intestinale peuvent être compensés par des probiotiques. On en trouve en grande surface. Les plus efficaces sont vendus en pharmacie. Attention, un probiotique peut résoudre un problème d'infestation parasitaire dans certains cas mais en général une prise en charge plus sérieuse est nécessaire. Et certains probiotiques peuvent causer des problèmes, comme une irritation intestinale.

Certains cocktails d'huiles essentielles sont efficaces contre les parasites. Demandez l'avis d'un expert.

En toute généralité, les conseils nutritionnels habituels sont utiles contre les parasites : éviter le grignotage et les sucreries, faire des repas normaux, réduire la quantité de nourriture... Bouger, faire du sport...


Il faut savoir garder sa flore intestinale sous contrôle... mais il ne faut pas pour autant développer une phobie des microbes. Dans les ménages où il y a des animaux, les enfants ont statistiquement moins de problèmes de santé, précisément grâce aux microbes ramenés par ces animaux. Cela leur procure un système immunitaire plus performant et mieux équilibré. On soigne à présent des personnes qui ont un problème d'asthme potentiellement mortel, en leur implantant dans les voies respiratoire une bactérie apparentée à la tuberculose. Une fois la bactérie installée, le problème d'asthme disparaît. Il existe même des thérapies à base de vers intestinaux.

 
http://www.bbc.com/news/health-21965092

http://www.bbc.com/news/health-22458428
http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/6196857.stm

http://wellnessmama.com/1969/bugs-in-your-belly/
http://positivemed.com/2013/11/20/tell-intestinal-worm/

http://www.youtube.com/watch?v=ex5y6OVVHe0

http://www.bbc.com/news/magazine-28112403
https://www.youtube.com/watch?v=Dim7YXYlRm0
http://www.bbc.com/news/health-28440006


Eric Brasseur  -  19 juin 2014
www.000webhost.com